Actualités

Méditation : n’attendez pas de résultats !

Les adeptes de la méditation sont de plus en plus nombreux en France. On ne compte plus les applications – type Petit Bambou – et les best-sellers consacrés au sujet. Même les enfants s’y mettent, avec la méthode «Calme et attentif comme une grenouille». Seul hic derrière cet engouement : beaucoup de gens en parlent, peu en font vraiment et nombreux sont ceux qui pensent en avoir besoin.

Dernièrement, une amie me racontait sa propre expérience en la matière : elle a commencé à méditer quotidiennement depuis quelques mois, mais elle était déçue : «ça marche pas, c’est désespérant. » Elle attendait un résultat… qui ne venait pas ! Cette personne n’est pas la seule à se tromper de posture par rapport à la méditation.

Beaucoup trop de gens méditent en pensant aux bénéfices à venir.

C’est un mauvais calcul, autant arrêter tout de suite, car l’injonction « Il faut que ça marche » ne marche pas ! Cet état d’esprit volontaire est contre-productif : la méditation nécessite au contraire un lâcher-prise. C’est une quête de calme et de sérénité, où les contraintes n’ont pas leur place.

En méditation de pleine conscience, le cerveau va se focaliser sur un point, laissant de côté – pour un moment  – les pensées complexes, les ruminations qui font stagner. Cette pratique permet un meilleur contrôle de ses pensées et, à plus long terme, de reparamétrer le cerveau pour cesser de répéter des mécanismes nuisibles et des idées toxiques. Le cerveau préfrontal – celui qui raisonne – recadre le cerveau émotionnel dans le présent afin d’éviter aux émotions de prendre le dessus.

Lors de la méditation, la respiration abdominale joue un rôle majeur et agit également sur la diminution du cortisol et donc sur le stress.

Je ne peux qu’encourager les gens à méditer. Mais avec une mise en garde : ne vous forcez pas, cessez d’y penser, laissez-vous aller ! La méditation n’est pas une finalité en soi : c’est une aide. Il faut tenir le cap.
En cela, c’est une excellente école de la patience, de l’humilité et de la persévérance.

 

Ricardo Croati